ANGOISSE VS QUIÉTUDE

Une crise d’angoisse c’est quoi ?

Cet article s’adresse aux personnes qui souffrent de crises d’angoisse ainsi qu’à tous les thérapeutes un peu curieux !

Une crise d’angoisse ou une attaque de panique est une souvent la manifestation d’un mal-être plus profond.
Une crise d’angoisse peut apparaître de façon brutale et durer de quelques minutes à plusieurs heures.

On ressent alors une peur intense (de mourir, de devenir fou), la sensation d’être oppressé, des sensations physiques désagréables (palpitation, sueurs, tremblements, douleurs thoraciques, mal de tête, étouffement etc.).
Bref, c’est un véritable un cauchemar !

Une crise d’angoisse c’est un brasier ardent incontrôlable qui nous consume de l’intérieur !

Je sais que je ne vous ai encore rien appris sur le sujet… Mais avez-vous déjà vécu une crise d’angoisse ?

Le brasier de l’Amazonie : vous pouvez aider

J’ai compris à quel point c’était insupportable à vivre le jour où j’ai dû moi-même surmonter cette sensation de partir loin, très loin même !


Ce jour-là, c’est ma femme qui m’a accompagné, en me rassurant avec ses mots, en m’aidant à respirer et en tapotant les points d’E.F.T que je lui avais appris.

C’était la première fois que je faisais une crise d’angoisse !

Ce jour-là, j’ai réellement compris la violence d’une crise d’angoisse !
C’est simple, j’ai cru que j’allais crever ! je m’étouffais et devenais fou en même temps.

En crise d’angoisse, on ne maîtrise plus son corps ni son esprit ! On souffre, on pleure, on prit et on attend qu’une chose, mais bordel, quand est-ce-que ça va s’arrêter !

Peu de temps après cette crise, qui est pour moi un vrai traumatisme, j’ai appris que mon sang n’était plus qu’oxygéné à 91%.
Mes poumons étaient atteints, j’avais une pneumopathie bilatérale intracellulaire !… Bref…
Je me suis fait engueuler par mon médecin (que je salue au passage) qui n’a compris pourquoi je n’avais pas appelé les secours…Mais ça c’est une autre histoire !

Dans mon cas, ce qui provoqua ma crise d’angoisse fut mon état physique et le manque d’oxygène dans mon sang.

Mon corps à dit à ma tête que j’étais en danger, et je l’étais !
En somme une réaction normal dans une situation normal !

Le message était simple, réagit mec, vas voir ton docteur…tout de suite, maintenant, now !!
Ce que je fis. Heureusement, je ne garde qu’un très mauvais souvenir de cette période, merci Doc.

En fait, il existe plusieurs déclencheurs aux crises d’angoisse, l’allumette qui embrase l’épicentre de la source !

Photo illustration pixabay

En voici plusieurs :

  • Un problème physique (ce fut mon cas)
  • Des pensées négatives qui tournent en boucle
  • Rien, parfois seul on ne perçoit pas le déclencheur
  • Un état dépressif
  • Un ancien traumatisme

La réponse à ses déclencheurs ! L’angoisse +++.  Un incendie dévastateur.

Le pire c’est lorsque le déclencheur est dans notre “tête” et qu’il n’y a AUCUNE bonne raison !

C’est une réaction anormale à une situation normal : C’est ce qui vivent la plupart de mes clients.

« Nous sommes dimanche, mes enfants font la sieste, ma femme repasse le linge de la semaine et moi… et moi je suis en panique tout seul dans mon canapé, c’est affreux, j’ai les yeux humides et je broie du noir avec le cœur qui bat 14O, je m’effondre dans mon canapé, je craque ! »

Voilà ce que me confia un client lors d’une de nos séances, peut-être que son histoire vous parlera ?

Dans d’autres cas, j’ai rencontré des personnes qui faisaient des pieds et des mains pour ne jamais être seule, se rendant complément dépendante de leur entourage et se coupant de la société tout en culpabilisant à mort !

Il y a ceux aussi qui ne prennent plus leurs voitures, les transports en commun ou l’avion se coupant peu à peu de la vie.

À chaque fois j’ai retrouvé énormément de souffrance et de tristesse derrière ces crises.

L’arbre qui cache la forêt.

En ce moment il y a pleins de déclencheurs qui flottent dans l’air.

Entre le COVID-19, le confinement, l’isolement, les peurs en tout genre nous sommes tous des victimes potentielles aux angoisses ! Tous !

La encore, je ne vous apprends rien de nouveau !

Avant de continuer je souhaiterais évoquer un point FONDAMENTAL que je partage à mes clients et à vrai dire à tout le monde, dès que j’en ai l’occasion.

Étape 1 : En parler, sortir du silence !
Si vous êtes traversé par des crises d’angoisses de façon régulière, parlez-en à votre médecin traitant, c’est super important ! Il saura effectuer un diagnostic ou vous réorienter.

Parlez-en ! N’ayez ni honte ni peur, c’est la première étape.

Très souvent nous éprouvons de la honte à ne pas gérer notre corps et notre esprit, c’est ce que me disent la plupart de mes clients !

« Mince, je ne comprends pas, il n’y a aucune raison et pourtant… »

Savez-vous que plus de 20% de la population subira un jour ou l’autre une crise de panique au cours de leur vie.

Elles surviennent le plus souvent chez des personnes jeunes (entre 15 et 45 ans) et les femmes sont plus touchées que chez les hommes.

Les personnes les plus touchées par les attaques de paniques sont :

  • Les personnes ayant des antécédents familiaux de troubles similaires ;
  • Les personnes présentant une personnalité anxieuse ;
  • Les personnes souffrant de dépression et de troubles anxieux ;
  • Les personnes ayant des antécédents d’abus sexuels ou de maltraitance.

Ce qui signifie que personne n’est à labris et comme beaucoup de problème, une fois que nous en parlons…c’est l’effet domino et les solutions se télescopent !

Je ne suis pas médecin et ne prétends pas l’être et le discours qui suit n’a aucune intention de banaliser les crises d’angoisse, bien au contraire, alors ayez vraiment les bons réflexes : un avis médical est indispensable !

En parler est donc la première étape. C’est encore mieux de s’adresser directement à la bonne personne, c’est-à-dire votre médecin (je sais j’insiste).
En fonction de son avis médicale et de l’intensité il est alors possible de passer à l’étape 2.

Ok merci pour les chiffres mais c’est du bon sens Thomas, me diriez-vous ? oui justement !

Étape 2 et non des moindres … Prévenir les crises, les anticiper ! Contenir le foyer de l’incendie !

pompier feu SDIS volontaire

La bonne nouvelle ? Cela s’apprend !

Et je préfère être honnête, ça ne se fait pas tout seul comme par magie avec une simple séance d’hypnose…

Non, c’est un travail profond et qui peut durer plusieurs semaines voire plusieurs mois !

Désolé il n’y a pas de poudre de perlimpinpin pour ça.

Où se trouve la quiétude ?

J’évoque bien ici un travail de fond, un travail de reprogrammation du système de pensés !

Et qui dit travail, dit efforts. Vous êtes la seule personne à pouvoir faire ce travail !
La plus grandes des difficultés pour changer est la régularité de votre implication.

C’est la clé de la liberté ! Le sésame ! LA RÉGULARITÉ

Marre des clients qui veuillent changer en une séance !

Marre des thérapeutes qui vendent du rêve !

Alors oui il existe des outils simples accessibles et efficaces à condition de les utiliser correctement et régulièrement.

Oui c’est vrai, parfois certaines séances sont magiques et parfois même une seule séance suffit… Parfois seulement…

Mais ce n’est pas le message que je souhaiterais transmettre aujourd’hui !

Ça fait beau et c’est vendeur mais c’est du bullshit !

Car seule la régularité peut produire un changement profond !

Devenir son propre pompier améliore considérablement l’image que nous avons de nous-même et nous rend fier !

Oui mais cela prend du temps !

Soyons honnête, honnête avec nous même, honnête avec nos clients, c’est un apprentissage. 

Imaginez pouvoir annoncer à vos proches cette nouvelle extraordinaire !

« Je suis libre ! je peux me déplacer comme je veux, prendre ma voiture, faire des bains de foule ! Je suis serein, je sais gérer mes émotions !

Quelle serait l’intensité de votre joie si toutes ces crises étaient loin, très loin derrière vous ? »

Ah bon, génial, comment tu as fait ?

La vérité c’est que j’en ai chier ! Tous les jours j’ai fait des exercices de respiration, de la médiation, de l’EFT, de l’hypnose, j’ai surveillé mon alimentation, j’ai fait du sport et des câlins à ma famille en expriment ma gratitude !

Le jour où j’entendrais ça dans la bouche d’un ancien anxieux, je verse une larme !

Oui, c’est ça mon message, peut-importe votre problème, vous pouvez changer ! AVEC CERTAINES CONDITIONS !!!

Condition 1 : Prenez-vous en main

Condition 2 : Soyez régulier, prenez-vous en main

Condition 3 : N’arrêtez que lorsque votre problème à disparue,alors prenez-vous en main

Condition 4 : Soyez discipliné alors…

Mon souhait est de faire germer l’idée que l’autonomie s’acquière avec le temps et des efforts.

En respectant bien sur son rythme et également en se challengeant !

Une chose est sûre, je crois en chaque individu !
J’ai la certitude que chaque personne angoissée peut devenir serein et libre !
J’ai vu énormément de clients se transformer, ce qui est pour moi un véritable cadeau !

Se dire : « J’ai éteint l’incendie maintenant je marcher peux sur les braises et crier waouh je l’ai fait ! Je suis discipliné ! »

Puis enfin, il est essentiel d’apprendre à vivre sans l’angoisse !
Cela peut paraitre idiot mais bien réel. Cela revient à Lâcher la peur d’avoir peur ! La peur que ça revienne !

Faire le deuil de la personne dépendante aux autres ! S’autoriser à s’épanouir !


Replanter les fleurs et plantes dans votre jardin pour en récolter les plus belles fleurs.

La vie revient lentement sur les terres australiennes brûlées et voici 30 photos pleines d’espoir

Je vous laisse avec cette question : Et si la discipline était au cœur de chaque changement ?

Je ne parle pas ici de connaissance ou de compétence non je parle d’application et d’implication.

Alors comment faire naitre la motivation qui est un mot plus acceptable que discipline pour beaucoup de personne et qui possède la même puissance !

Celle de créer du mouvement !

Qu’en pensez-vous ?

Partagez-moi vos réflexions sur le sujet !